Retrouvez-nous sur les Réseaux Sociaux :
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

La Réole, Nouvelle Aquitaine        Licence 2-1107633 / 3-1079308          C.G.V. et Mentions Légales            2009-2019 © FMALR, tous droits réservés           Crédit photos : H. Pouyfourcat. FMALR

Missa Jubilate Deo, 1622,

Hugues de Fontenay,

chanoine de la collégiale de Saint-Émilion

Une messe perdue d’un chanoine de Saint-Émilion retrouvée à Paris !

En novembre 2016, Laurent Guillo (musicologue, IresMus) découvre dans le fonds ancien de la bibliothèque de Fels à Paris (Institut Catholique de Paris) un recueil de vingt-six messes imprimées entre 1587 et 1626. Chose incroyable, ce volume, entré dans le fonds de la bibliothèque en 1912, avait échappé à l’attention des bibliothécaires depuis plus d’un siècle ! Parmi ces messes (connues et inconnues) de différents auteurs, comme Jean Titelouze, Eustache Du Caurroy, Jean de Bournonville, que l’on croyait perdues se trouve la Missa Jubilate Deo d’Hugues de Fontenay. Des quatre messes qu’il composa et dont on avait trace par les catalogues des Ballard ou les notes de Sébastien de Brossard, celle-ci est la première à réapparaître.

 

Hugues de Fontenay

Il est né à la fin du XVIe siècle, originaire de Paris, et mort après 1635. Les éléments biographiques dont on dispose sur lui restent très maigres. Le 7 octobre 1603, il passe un acte devant le notaire Pierre Roussel à Montpellier, où il est dit maître de la chapelle de musique en l’église cathédrale Saint-Pierre de Montpellier. Le 20 janvier 1615, le cardinal François d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, le nomme chanoine de la collégiale de Saint-Émilion ; il est probable qu’il était alors en poste à la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Dans cette nomination, il est cité comme clerc du diocèse de Paris.

 

Nous remercions Laurent Guillo [i] de nous avoir fait part de cette découverte et de nous avoir transmis les clichés de cette messe à partir desquels nous avons reconstitué le livre de chœur.

 

[i] Depuis son diplôme de l’École pratique des hautes études (1986), Laurent Guillo consacre ses travaux aux sources imprimées et manuscrites de la musique des XVIe et XVIIe siècles, essentiellement en France, en Suisse et dans les Anciens Pays-Bas.